conte

  • La princesse à l'armure brodée

    cover_h210_w148.jpg

     

    La princesse à l’armure brodée

     

     

    Il était une fois une princesse en armure brodée. C'était une princesse du nom de Tomoe.

    Elle était née parmi le clan des Tsunomae. Les Tsunomae étaient un clan de femmes. Elles portaient en elles le récit des combats ancestraux. Les victoires, les trahisons, les alliances, les interdits.

     

    Les femmes Tsunomae étaient surnommées les femmes loup. Depuis la nuit des temps, elles choisissaient leurs hommes, les servaient jusqu'à leur mort, et amenaient leurs petits dans le monde.

     

    Chaque femme du clan des Tsunomae possédait une armure faite d'une cotte de maille et d'un tablier constitué de sept pans, armure qu'elle confectionnait de ses mains dès son plus jeune âge. Les fils de métal étaient entrelacés de fils soie et rebrodés de pièces de brocart, les plaquettes de cuir laqué maintenues par des cordelettes de soie tressée.

     

    Les hommes du clan prêtaient à ces épaisses armures de soie et de métal des pouvoirs magiques et les révéraient à l'égal des déités qui veillaient sur le clan. Jour après jour, guidée par les femmes les plus âgées du clan, Tomoe en avait dessiné le motif singulier, y inscrivant ses rêves, ses espoirs, ses questions.

     

    Vêtues de leurs armures éclatantes, les femmes guerrières du clan des Tsunomae combattaient aux côtés de leurs hommes et les accompagnaient sur tous les champs de bataille. Elles étaient craintes et admirées de leurs compagnons Bushis comme de leurs ennemis.

     

    En ce temps là le royaume était parcouru de soubresauts et les batailles succédaient aux batailles.

     

    Saison après saison, Tomoe combattait vaillamment aux côtes de son homme et de ses compagnons Bushis, revêtue de son armure de soie et de métal. Celle-ci la protégeait de tous les coups, quelles que soient les armes et les stratégies déployées par l'ennemi, et lui permettait de se mouvoir avec souplesse au milieu des combats. Chaque matin le rituel était le même. Tanao, son compagnon, l'aidait à revêtir l'armure sacrée, intacte malgré la rudesse des coups portés la veille. La cuirasse en place, toute fatigue disparaissait, et un nouveau jour pouvait commencer.

     

    Un matin cependant .........

     

    Pour lire la suite de ce jolie conte , écrit par mon amie Sandrine ,

    RDV ici : 

    http://www.upblisher.com/ebook/ribourg/sandrine/tomoe,-la-princesse-a-l-armure-brodee